Les Logiciels Open Source

The Open source Initiative Keyhole Logo

L'annonce de l'acquisition de Red Hat par IBM pour 34 milliards de dollars en octobre 2018 a fait beaucoup de bruit dans l'industrie informatique. La société Red Hat a bâti son modèle économique sur l'Open source et ce rachat d'un montant record illustre la puissance et la vitalité de l'Open source.

Qu'est-ce-qu'un logiciel Open source ?

Un logiciel Open source (en français "code source ouvert") est un programme informatique dont le code source est public. Vous pouvez par exemple lire le code source du noyau Linux, Docker, Spring Framework, PowerShell, MySQL...

Le code source est l'ensemble des lignes de code écrites par les programmeurs. Par exemple il est facile pour un développeur Python de comprendre le fonctionnement de la librairie Django utilisée pour créer des sites web en Python.

Suivant la licence choisie par la communauté, vous pouvez modifier voire distribuer/vendre une copie du logiciel librement. Et bien évidement, utiliser gratuitement ces logiciels.

Ces logiciels Open source font face aux logiciels propriétaires comme Microsoft Windows, Murex, les bases de données Oracle, SAP, macOS, les jeux vidéo... Ces logiciels, souvent payants, fonctionnent comme des boîtes noires, sans accès possible au code source. Il est ainsi difficile de comprendre le fonctionnement interne du logiciel. Il est évidemment illégal de copier ou modifier ces logiciels.

Il est en revanche tout à fait légal d'utiliser des composants/librairies Open source dans des logiciels propriétaires.

Comment savoir si un logiciel est Open source ?

Les logiciels (Open source ou non) sont toujours accompagnés d'une licence indiquant si la modification ou la redistribution du code sont possibles.

Certaines fondations, comme la fondation Apache, distribuent leurs logiciels Open source sous leur propre licence (la licence Apache en l'occurrence).

Contribuer pour faire évoluer

Les logiciels Open source sont l'œuvre d'une ou plusieurs personnes. Les contributions externes sont encouragées pour faire vivre et grandir la "communauté".

Beaucoup de sociétés comme Microsoft ou VMware ont des salariés qui contribuent à plein temps sur des projets Open source.

Inutile d'être un expert technique pour contribuer aux projets Open source. On peut débuter commencer par remonter un bug, écrire de la documentation, traduire un logiciel dans une langue étrangère...

Beaucoup de projets Open source sont hébergés sur des plateformes de gestion de code comme GitHub.

Modèle économique de l'Open source

Comme on l'a expliqué précédemment on peut utiliser les logiciels Open source gratuitement.

Certains contributeurs sont bénévoles et ne tirent aucun revenu direct de leurs contributions.

Certaines entreprises comme Oracle ou Docker ont certains de leurs logiciels en licence Open source et proposent aussi des modules complémentaires payants pour avoir des fonctionnalités avancées en sécurité ou tolérance de panne par exemple.

Il est aussi possible de proposer des offres de formation, conseil, support ou intégration de logiciels Open source. La société Red Hat propose ainsi ces services autour de leur système d'exploitation Red Hat Entreprise Linux très présent chez les grands comptes.

Les consultants ALGOFI et l'Open source

De nombreux consultants ALGOFI utilisent des logiciels Open source chez leurs clients sans même s'en rendre compte. Beaucoup de logiciels développés en Python, PHP, JavaScript ou Java utilisent des librairies Open source. Les bases de données Open source comme PostgreSQL, MySQL, MongoDB ou Cassandra sont aussi très présentes chez les grands comptes.

Enfin beaucoup de consultants possèdent un smartphone sous Android, qui est un projet Open source !

Les logiciels Open source sont cependant absents dans certains secteurs de niche comme les progiciels financiers. Il n'existe aucune alternative Open source à Murex, Calypso, SimCorp. Mais pour combien de temps ? La communauté Open source s'intéressera-t-elle à terme à ce domaine ?

Références


Antoine, article écrit le 02 mars 2019 pour ALGOFI